3 personne(s) connectée(s) au site | visiteur | > connexion

Le mot de la presidente : Marie Pascale Quirin

Avril 2007

logo
Lettre ouverte au prochain Président - le 16 avril 2007

 

Par Marie-Pascale Quirin,
Présidente de l'Association des Anesthésiologistes Libéraux 

 

L'Anesthésie française, un enjeu majeur pour le prochain Président

Le 6 mai prochain, dans cinq semaines nous connaîtrons le nom et le visage de la nouvelle ou du nouveau Président de la République française. Elle ou il, du PS, de l'UMP ou de l'UDF, peu importe, dans tous les cas, ce changement sera une bonne nouvelle pour nous les anesthésistes. Pourquoi ? Car force est de constater que le Président actuel, son gouvernement et son (ex) ministre de la santé n'a que faire de la cause des anesthésistes depuis la création de notre mouvement en 2002.

Promesses non tenues, réunions interminables - dont les comptes-rendus sont rédigés avant meme le démarrage - perdus dans le maquis des institutions de santé se renvoyant la balle, les anesthésistes libéraux français n'ont quasiment plus d'espoir de changement.

Les anesthésistes libéraux français ont également été traités de nantis, le pouvoir faisant semblant de confondre salaires et chiffres d'affaires.

Mais qui s'intéresse et s'intéressera a nous et aux millions, oui millions de français qui passent entre nos mains chaque année ?

Nous n'allons pas nous adresser a Monsieur Philippe Bas, ministre intérimaire qui ne pourra faire autrement que de gérer les affaires courantes en attendant la suite.

Nous n'allons pas aborder dans ce courrier, cette lettre ouverte, des détails techniques qui ne vous parleront peut-etre pas (secteur 1, secteur 2,.) madame ou monsieur le Président. Nous avons l'espoir, peut-etre stupide, que vous lirez ce courrier vous-meme.

Premierement, quelques vérités qui sont toujours bonnes a dire :

  1. Sans anesthésistes, il n'y a pas d'actes chirurgicaux. Autrement dit sans nous, pas d'interventions.

 

  1. Les anesthésistes libéraux représentent grosso modo un tiers des professionnels du métier en France (2800 sur 9000) et réalise deux tiers des actes (5 millions sur un peu plus de 7 millions d'actes). Merci de vous arreter un instant sur ces chiffres (de prendre une calculette le cas échéant) et de comparer le volume de travail des uns et des autres.
  1. Notre métier est hautement technique, sophistiqué, pour preuve il faut 13 ans d'études pour le pratiquer, a l'instar d'un. chirurgien par exemple.

 

  1. Que devient le traitement de la douleur sans les anesthésistes ? Et bien, les malades iront prendre de l'aspirine,. auto prescrite.
  1. En 15 ans, les anesthésistes ont fait progresser la sécurité des soins au patient (le risque a été divisé par 10 !), les techniques évoluent sans cesse.

 

  1. La moyenne d'âge des anesthésistes libéraux dépasse allégrement les 50 ans. et on compte 120 départs a la retraite chaque année.
  1. Sur une moyenne de 200 diplômés environ chaque année, moins de 20% optent pour l'exercice libéral a terme (5 sur 209 en 2005 par exemple.).

 

Arretons sur trois des éléments cités plus haut : un volume d'activité des libéraux qui permet encore a la France de traiter les patients sans les faire patienter deux ans avant une opération, des professionnels vieillissants, une attractivité quasi nulle qui ne permet pas le renouvellement. Ou allons-nous ?

Nous ne sommes pas des salariés, nous réalisons un chiffre d'affaires et nous devons payer des charges et des salariés. Nos tutelles réussissent le tour de force de nous obliger a un double exercice que nous ne pourrons plus tenir longtemps : conjuguer a la fois les contraintes d'un exercice libéral (contraintes de l'entrepreneur, volume d'activité dantesque, horaires et pénibilité aux risques majorés) et celle du secteur public (contraintes réglementaires alliées au diktat des couts).

Qui peut sérieusement remettre en cause cet état de l'art. Qui peut encore nous traiter de nantis ? Si quelqu'un pense pouvoir le faire, nous l'invitons cordialement a le faire devant les étudiants qui fuient massivement vers le secteur public.

Madame ou Monsieur le futur Président, nous nous targuons en France d'avoir un formidable modele social mais c'est faux. Pour ce qui concerne la santé nous ne sommes pas ou plus le pays le plus performant en la matiere. Si nous poursuivons dans ce chemin, la France deviendra un pays sous-développé, oui sous-développé car les techniques évoluent et du fait du non ou mauvais remboursement des traitements - de la douleur par exemple - les patients français n'en profitent pas, sauf s'ils ont les moyens de payer de leur poche ! A ce titre, la France est déja tres clairement engagée dans une médecine a deux vitesses. Et rien, absolument rien ne permet de penser que la situation va s'améliorer. Nous verrons bientôt des listes d'attente interminables se créer pour des opérations basiques faute de pratiquants, le niveau global de la qualité va baisser et les jeunes anesthésistes partiront, comme les jeunes chercheurs, trouver un meilleur avenir, ailleurs.

Alors assez de contraintes de travail supplémentaires non revalorisées donc non équitables, assez de dogmes partisans, assez de tergiversations, de promesses non tenues, de prétentions françaises ridicules sur la pseudo supériorité de notre systeme de santé qui est en train de s'écrouler sur lui-meme.

Nous avons réalisé une greve durant l'été 2006, nous avons obtenu de belles promesses puis rien. Nous avons récemment étudié les possibilités qu'offre l'Europe de sortir de notre systeme et permettre le meilleur remboursement des patients, voire aller vers le déconventionnement et nous n'avons pas entendu autre chose que des rodomontades politico-électoralistes chauvines.
Nous allons continuer, porter nos réclamations, nous battre et si nous n'y arrivons pas, c'est la médecine française qui mourra avec nous car encore une fois, les anesthésistes libéraux réalisent les deux tiers des actes (5 millions) et sans nous, il n'y aura plus d'interventions, ou elles seront effectuées par du personnel non médical avec les légitimes réserves professionnelles et sécuritaires.

Je ne mettrai pas, la vie de mon enfant dans les mains d'un personnel dut-il etre formé spécifiquement a ''l'anesthésie de l'appendicite'', s'il n'a pas les moyens d'en gérer et anticiper toutes les complications, c'est-a-dire d'etre un médecin spécialiste et surtout responsable.

Alors, a moins qu'un politique courageux, vous peut-etre, se décide enfin a s'assoir a notre table et a écouter notre réalité, notre réalité qui conditionne la qualité des soins de millions de patients français. Ce n'est pas seulement l'enjeu d'un ministre ou d'un gouvernement, c'est un enjeu national majeur qui concerne les 62 millions de français. Il en va d'une certaine idée de la France, de son identité, au-dela d'un ministere du meme nom ou de milliers de petits drapeaux. La balle est dans votre camp. Nous sommes déja a la table des négociations qui n'attend plus que vous !

******************

A propos de l'AAL - Association des Anesthésiologistes Libéraux :
Créée en octobre 2002 a Valence, l'AAL est une association française (loi 1901), statutairement asyndicale, qui regroupe au niveau national un quart des anesthésistes exclusivement libéraux (c'est a dire qui exercent dans les cliniques et hôpitaux privés).
Les anesthésistes libéraux assurent plus de deux tiers des anesthésies réalisées en France selon les chiffres officiels, soit plus de 5 millions d'actes / an.
Pour plus d'information sur l'AAL : www.anesthesiologistesliberaux.org

Relations presse : Agence Wellcom
Caroline Pascault et Marine Lietar
Tél. : 01 46 34 60 60 - cp@wellcom.fr - mli@wellcom.fr  

 

crash du site

 

Juillet 2006 J-7!

PARTEZ en Vacances sans remplaçant.

 

Voila le mot d’ordre de l’AAL

 

Montrez donc ce que sera le paysage de la médecine libérale spécialisée  de demain…

 

Les tarifs en S1,

le parcours mutualiste de la Mutualité Française annoncé aux assises de Lyon,

Les transferts de compétence sans transfert de responsabilité,

les quotas,

les DMI,

la T2a intégrant nos honoraires

majorent  à grands pas la désertification de notre profession en libéral…

 

Certains snarfistes s’en chauffent les doigts travaillant sur 3 salles ou plus au mépris du respect des conventions des sociétés savantes (tant que le facteur 7 est à 4%... !!!), faisant fi  des engagements sécuritaires, de leurs assurances professionnelles, et surtout du patient et de la qualité de soins que l’on lui doit.

LE MANIFESTE de l’AAL est clair.

 

En libéral, en Anesthésie-Réa :

Ce n’est pas vrai que l’on vit bien en S1, si l’on ne fait pas d’abattage…,

Ce n’est pas vrai que l’on vit confortablement, avec les gardes, les astreintes, les réunions, la FMC, l’accréditation et toutes autres évaluations professionnelles obligatoires…

Ce n’est pas vrai que le coût de notre pratique est le moins élevé de toutes les spécialités, vu le prix des IADes, des redevances et des assurances,

Ce n’est pas vrai que  nous pouvons respecter les référentiels et les recommandations,

Ce n’est pas vrai   que la douleur a été prise en compte,

 

Ce n’est donc pas vrai que nous avons les moyens de donner aux patients la qualité et la sérénité des soins que nous devrions être en mesure de leur proposer.

 

Par contre,

C’est vrai que nous ne pouvons  pas nous avoir de repos compensateur,

C’est vrai que nous ne sommes pas assurés si nous sommes sur plus de 2 salles,

C’est vrai que nous sommes les moins bien rémunérés du système européen,

C’est vrai que les difficultés d’endormir un enfant, un patient obèse ou un coronarien ne sont  pas reconnues,

C’est vrai que les technicités anesthésiques  des gestes lourds se sont elles aussi évaporées…

 

Et c’est vrai que notre attractivité restera encore longtemps à la mesure de ce plaidoyer, si nous attendons sans sourciller…

 

ALORS ce 24 JUILLET, donnez nous les moyens de négocier,

PARTEZ en VACANCES sans REMPLACANT en même temps que vos chirurgiens, pour justifier :

RCP, tarifs et liberté d’honoraire.

Et que cesse l’hypocrisie  des tutelles qui  peuvent nous condamner arbitrairement en fonction des seuls besoins de leurs effets politiques.

 

Dr QUIRIN MP

 

Juin 2006

VICTOIRE,

 

L’AAL, présente aux URML sur  toutes les listes FMF,  a donné une gifle aux syndicats signataires de la convention, (dixit les medias)

L’AAL, révélée  en quelques mois à tous les niveaux,  des sociétés savantes aux  syndicats et  aux politiques,  poursuit des projets innovants et ambitieux mais aboutis avec comme  principale détermination :

La qualité des soins au juste prix

Les anesthésistes n’ont d’ailleurs plus rien à perdre,

 

Nous avons  des idées  libérales, des objectifs sains,

Nous nous donnons les moyens d’y arriver, et restons vigilants,

Car nous pourrions être le jeu des rivalités syndicales,… intra ou interprofessionnelles,

 

En fait, qu’importe, l’union sacrée des praticiens, qu’ils soient anesthésistes ou praticiens des blocs opératoires est un état d’esprit nouveau,  mais un changement de mentalité inéluctable.

Le mouvement du 24 juillet est un évènement historique par cette entente, et les anesthésistes de l’AAL ne rateront pas ce rendez-vous.

Ce sera une autre étape,  vers l’évolution de nos ambitions professionnelles libérales puis européennes afin de témoigner de  notre place au centre des équipes opératoires et de retrouver ainsi l’attractivité de notre exercice libéral.

Rejoignez donc les Anesthésistes qui osent défendre, avec fierté, une  réelle qualité de soins aux patients.

 

Dr QUIRIN MP
Présidente AAL


Mai 2006

Les URML et l’action UCDF-AAL, le joli mois de mai.

Voila les prochaines étapes officielles des démarches de l’AAL.

Les URML :
Les réunions fleurissent sur les régions, et l’AAL est intégrée le plus souvent auprès des autres spécialistes, souvent chirurgiens et gynéco ou gynéco-obstétriciens, dans les listes FMF.
Pour changer les structures de la médecine libérale au niveau régional, pour donner une nouvelle dimension à nos obligations et nos contraintes, pour un nouvel espace de liberté tarifaire retrouvé, pour la fin du leurre de l’ASV…etc…il faut aller voter aux URML, et voter juste, voter FMF.
La FMF donne aux anesthésistes et sans contre-partie un espace de liberté d’expression politique. Comme pour notre association, cet espace sera ce que nous en feront.

L’action UCDF-AAL :
Les ‘’frémissements’’ du mouvement se font plus que sentir dans les régions qui organisent enfin les listes d’inscription en ligne au mouvement.
Tout va se jouer sur nos vacances… et les politiques en prennent conscience.
Ce n’est pas une grêve (les libéraux ne font pas de grêve sans être pris pour des nantis qui crient avec les loups… !et personne ne pleure sur des gens qui travaillent en libéral, dussent-ils fournir plus de 80h/semaine et faire un travail plus social que bien d’autres… !)
mais des vacances, de vraies vacances, tous en même temps, pour que les autorités voient ce que la disparition de la médecine libérale fera dans le paysage médical français et en assume un aperçu des conséquences politiques.

 

Pour les autres actions en cours…
RDV au CA de l’AAL le 3 juin 2006 à l’HOTEL MERCURE à TOULOUSE (9h/18h00)
Inscription auprès du secrétariat : secretariat@anesthesiologistesliberaux.org
Réunion ouverte à tous les adhérents désireux de faire progresser les projets de l’AAL.

Dr QUIRIN MP


Avril 2006

La délégation de compétence qui touche ces études dans le public (PJ), sont déjà prévues pour être appliquées dans le privé.
A notre niveau de spécialité,et les EPP et les IADEs sont déjà sollicitées et les écoles fleurissent...

Dans chaque salle, les chirs sont parfois prêts à recevoir ces IADEs que certains ont laissés par facilité, négligence, surbooking ou  contraintes de bloc, prendre nos places juste pour la sérénité des équipes (marre d’être au centre de tous les conflits..), mais jamais avec le consentement éclairé du patient.
Et cependant sous notre responsabilité, zappant nos avancées techniques et professionnelles devant l’augmentation des actes...(APD, endos, coros…)

Nous voila maintenant au moment de cette acceptation consciente. Doit-on revenir en arrière et accepter de reprendre la course sur différents blocs, gérant les apnées à la volée, et les incidents per-op des patients non bilantés en Cs… avec les risques juridiques à la clef… et les augmentations de RCP et de redevance qui ne manqueront pas de jaillir au détour de ces chemins..?
Doit-on accepter d’avoir fait tant progresser notre spécialité, tant améliorer sa sécurité, pour redevenir les « sifflés à la demande » des incidents per et post-op que nous n’auront pas générés et pas pu anticiper ?

Doit-on accepter cela pour nos patients, avec qui nous avons réussi à construire un relationnel différent et responsable.

Les Chirs ne sont absolument pas prêts à recevoir des IBOdes de la mm façon,
et nous n’endormirions pas pour un IBODE, ni pour un IDE en gastro pour une colo…!

Alors réfléchissons vite à ce que nous voulons faire de noter spécialité.
13 ans d’études, de sacrifice d’années et de vie familiale, d’astreintes de gardes sur place… pour laisser la délégation de tâche, refusée par tous au niveau européen, prendre le pas sur notre actuelle lassitude professionnelle majorée  des tracasseries administratives sans cesse réitérées.

Je sais le désabusement de tous, mais c’est de notre ressort et de notre obligation professionnelle de ne pas être la première spécialité à accepter cette sous médicalisation.

PARCEQUE NOUS LE VALONS BIEN !

Rejoignez l’AAL, arrêtons de cautionner les pitreries comptables de la CCAM et les obligations sécuritaires sans revalorisation reconnue.

Rejoignez nous sur le site… et au Conseil d’Administration de l’AAL si vous voulez participer à votre avenir de façon active !
http://www.anesthesiologistesliberaux.org/association

L’AG du CA de l’AAL a lieu à TOULOUSE le samedi 3 Juin,
tous les adhérents, à jour de leur cotisation 2006, peuvent solliciter leur nomination et prendre des responsabilités au sein de cette association devenue incontournable et responsable grâce à la mobilisation de  votre pertinence et de votre courage.

A BIENTOT donc, tous ensemble.

 

Dr QUIRIN MP
Présidente AAL


Mars 2006

Le monde bouge, et le monde de la médecine spécialisée libérale aussi.

Le réveil est enfin là, avec le printemps, et pour plusieurs raisons :

Du coté syndical, ‘’boost’’ des élections aux URML et chacun de faire une action ou un article qui fera parler de lui….et sans honte ou presque, malgré l’historique de la convention, leurs signatures scélérates et leurs engagements !
Du coté des Chirurgiens, ‘’boost’’ des derniers décrets de déremboursement de certains matériels et ligatures…et action commune UCDF-AAL
Du coté des généralistes, qui eux  souhaitaient gagner plus et plus vite, après leurs réels efforts comptables…
Du coté du snarf enfin, dont le CA décide seul d’une grève des MARs,  et sollicite l’aide de l’AAL tant il est vrai que nous n’avons rien obtenu pour la plupart d’entre nous….et qu’il est temps de cesser de palabrer dans les commissions et de mettre du point sur la table….

Le monde bouge et  l’AAL  s’associera, mais  de façon adaptée  et pertinente, en fonction des engagements de chacun, aux différents mouvements qui voudront défendre une nouvelle dynamique de la médecine libérale spécialisée au sein des plateaux techniques,

Mais regardons bien, nous sommes dans un bac à sable ou il existe encore des dinosaures donneurs de leçon, de vieux syndicalistes signataires, de vieux routards de l’anesthésie, ou d’anciens chirurgiens désabusés de ne plus nous avoir aussi comme chauffeurs ou secrétaires, essayant de nous faire comprendre ce que doivent être nos aspirations, en tapant du pied comme des pantins…. et il y a les  autres, ceux qui ont une vision moins formatée de l’avenir.

Mais gardons nous bien, car nous sommes dans l’arène près d’eux, et les politiques et les caisses dans les tribunes…

Parfois un homme des caisses se lève, tourne le pouce vers le bas pour déconventionner, sanctionner ou dénoncer au comité paritaire …

Et quand le scénario est bien élaboré … les tribunes peuvent se vider, et les combattants s’épuisent dans l’indifférence générale…

Alors oui, nous pouvons trouver une autre dimension, en nous organisant différemment et en refusant de jouer cette manade … et en proposant de nouvelles visions plus solidaires et  plus interprofessionnelles. Nous avons transformé l’anesthésie-réa en une spécialité à part entière, majorant la sécurité par 10 en 15ans, ainsi que le confort des patients et celui des opérateurs.

Si cette CCAM ne nous convient pas, si nos conditions d’exercice ne nous satisfont pas, qu’allons nous donc conquérir en quémandant un K par ci, ou un 7 par là …

Prenons du recul, regardons autrement, reformons nos façons de pensée et nous n’aurons plus rien d’autre à faire que de prendre un envol différent…

Car le malaise est profond mais la  révolution culturelle a commencé en 2003, courageusement et d’abord individuellement avec le DE,  puis massivement avec les procédures APOS … (et nous avons pu apprécier l’indépendance de la justice), bientôt sur le plan national avec l’UCDF, puis plus tard pourquoi pas  sur le plan européen.

Il nous faut ne plus avoir peur de bouger en profondeur les fondements de notre système qui s’effrite justement aux frontières de l’Europe, plus peur de bouger de façon organisée et déterminée pour une vision à long terme de notre avenir libéral. (et bien sur pas pour obtenir 2% d’avantage social ou de pseudo non-dévaluations étalées sur 7 ans, en échange d’engagements unilatéraux dont les chiffres pourront être bidouillés à l’excès !)

Nous avons les moyens de le faire, et de graduellement goûter à des actions comme l’expatriation professionnelle (certains le font déjà régulièrement), la cessation  du tiers payant, du  conventionnement (pour une semaine par ex)  juste pour dévoiler et sensibiliser sur les vrais tarifs des médecins et les réels problèmes de gestion et de remboursement des caisses ;
Nous avons  les moyens d’y goûter et de considérer  cette liberté retrouvée assez séduisante…

Nous ne devons plus panser les divisions stériles qui ne profitent qu’aux politiques et aux caisses, mais agir ensemble dans un objectif consensuel. Nous voulons retrouver la dignité et la sérénité professionnelle dont nous avons besoin, nous y retrouverions tous des accalmies familiales…

Le pouvoir de dire OUI n’a toujours appartenu qu’à de ‘grands’ hommes et je sais qu’ils sont à l’AAL.
Alors OUI à la défense d’une nouvelle idée de l’Anesthésie-Réa, dans une équipe pluridisciplinaire cohérente et attractive.
OUI à ce goût suave d’une dignité retrouvée. Oui au mois d’août avec UCDF.

 

Dr QUIRIN MP
Présidente AAL

Plate forme de revendications pour négociations


Janvier 2006

Bonjour,

En ce mois de Janvier 2006, nous allons devoir, comme vous l’avez suggéré par vos réponses à notre questionnaire, faire des actions tout à la fois de sensibilisation, de politique, et d’action.

Nous l’avons tous vu, et les analystes aussi, les spécialités sont touchées à plusieurs niveaux par la réforme de santé +++

Malgré le manque de visibilité inquiétant auquel nous nous heurtons, rien ni personne, n’a de notes optimistes à mettre sur la mélodie en sous sol de cette réforme orchestrée par les politiques et syndicats…

Grace à vous, l’AAL a son mot à dire, et depuis toutes les instances…et par tous les canaux. !

Nous sommes dans la bataille des URML, ces Unions régionales de médecins libéraux dont la représentativité syndicale va donner la couleur à opposer aux politiques…+++ Il faut faire un raz de marée FMF, adhérer en masse pour ceux qui n’y sont pas, via les coordinations locales (adresser toutes demandes de renseignements  à jeanclauderegi@wanadoo.fr )  et VOTER à ces unions pour donner de la voix, à nos revendications dont ils se feront l’écho...

Nous sommes dans la bataille médiatique, et politique aux cotés des chirurgiens et des GO, pour défendre la représentativité de notre spécialité et des plateaux techniques, via d’une part,  les valeurs du coût de la pratique… dérisoires dont nous sommes affublés (0,19),

1) le coût de la pratique est un coefficient qui définit le prix des actes : Honoraires = W x (Fc + Cp)

•    W = points travail (dépendant de l’acte)

•    Fc : facteur de conversion monétaire (commun à toutes les spé)

•    Cp : Coût de la Pratique (dépendant de la spécialité)

2) et d’autre part, l’objectif de la majoration transitoire immédiate pour atteindre la V0.(et que nous avons appelé MTA = Majoration Transitoire en Anesthésie, comme les J et K représentent les élements de  la majoration transitoire en Chirurgie = MTC)

 

Nous sommes dans les sociétés savantes (SFAR), pour faire élire nos représentants et il est amusant de mesurer combien notre ‘aura’ est utilisée…d’aucuns font circuler une lettre signée AL….( !!! devinez qui… ?) …et non AAL…pour la confusion…(…), pour des consignes de votes, où sont présents des gens qui n’ont pas jusqu’à ce jour obtenu de résultats, loin s’en faut J !!, voire ont participé à l’extension de nos malheurs dans l’expectative la plus complète (et c’est peu de le dire !),  et espèrent profiter de cette minable embrouille  pour survivre dans cette incompétence, à des postes qu’ils voudraient briguer pour garder le pouvoir…

Les préférences de vote de l’AAL sont répercutés sur la liste des adhérents par mail, faites les circuler, ils sont de l’Association des Anesthésiologistes Libéraux, et peuvent être récupérés pour info , par retour,ou par tel, sur le mail suivant : quirin.doc@free.fr . ou 0678949200, et surtout VOTER +++

Nous sommes donc devenus incontournables, puisque les « has been » de l’Anesthésie en sont à se faire essayer de jouer sur notre logo et notre représentativité pour espérer gagner des voix à cette mm SFAR, ALORS, il faut nous affirmer et poursuivre :

Démissionnez par courrier AR de leur syndicat est un acte à poursuivre pour leur montrer notre détermination et notre réprobation à ces actions mesquines et qui n’honorent pas le syndicalisme et n’excusent en rien leur immobilisme toujours et encore persistant…+++

Nous sommes dans les voies juridiques, en train de constituer des dossiers pour montrer la discrimination européenne des tarifs,

Nous sommes dans les actions, avec les opérations ‘portes ouvertes’, ou nous vous demandons de médiatiser,

  juste inscrivez-vous, pour des journées portes ouvertes, selon le thème de votre choix, qui feront parler de nous, elles seront relayées par Wellcom, qq interviews, faciles, préparées avec eux, qq médias relayant ces infos ou d’autres, mais que l’on entendent parler des Anesthésistes, au moins autant que les Dermatos, les Rhumatos, les ORL (dont nous subissons en second, la perte de clientèle.. !), et au moins autant que très bientôt les chirs (avec qui nous crions notre désarroi) et surtout les généralistes…qui ne vont pas voir leur C revalorisé…

Les dates sont à fixer…vite….

L’AAL est votre ASSOCIATION, donnez lui un peu de votre tempérament pour  montrer médiatiquement que notre attractivité libérale est  moribonde …Elle vous donne la parole, prenez là….

 5 internes en 2005, ont choisi le libéral…dans notre spécialité. Et ceux qui sortent , sortent en S2…

Si nous ne montrons pas cette crise, si nous ne montons pas aux créneaux, nous ne serons pas endormis demain …  ni par des médecins spécialistes , ni même par des médecins, mais par des infirmiers….à qui nous auront laissés nos colos et nos actes à l’abandon…

Et ce n’est pas ce que nous voulons, ni pour nous, ni pour nos enfants et notre famille, et les hommes politiques seront les premiers à exiger pour eux une qualité médicale à chacune de leur anesthésie.

Et, d’un coté ou l’autre de la barrière, NOUS LE VALONS BIEN aussi.

La Présidente
Dr QUIRIN Marie-Pascale


Décembre 2005

NOUS VOILA A L’OREE DES CHEMINS

La reconnaissance politique est là,

La reconnaissance syndicale aussi,

Maintenant, à nous de prouver que nous pouvons aller plus loin,
D’abord pour nous mêmes et notre spécialité,
Puis pour faire honneur à Jean Paul et son dévouement acharné, ainsi qu’à toute l’équipe des fondateurs de l’AAL.

L’AAL prend des orientations structurelles ( SELs et GIE ) et collectives. (liens sur site)
Les études sont faites, les régions de Bourgogne et de Bretagne sont encore les pionnières.

Le nouveau bureau s’est doté de commissions d’études, qui permettront d’argumenter et de justifier, sans plus de polémique, nos préoccupations et notre alarmante situation.
Ces commissions, c’est vous, c’est le travail de tous qui les fait vivre et les alimente.

La collecte des données, les demandes de renseignements s’effectuent à une seule adresse :
secretaire@anesthesiologistesliberaux.org -> Sandrine
N’hésitez pas à transmettre.

Les premières actions définies en AG,  pour les adhérents sont :

Ce sont des préalables indispensables!

Par ailleurs :

Ne nous leurrons pas, en tant que libéraux, nous sommes et seront toujours des nantis pour les esprits chagrins que sont les syndicats, les politiques, les hospitaliers et nos patients… même si nos collègues chirurgiens (+ 25%) n’en reviennent pas de ce que nous ne pouvons pas coter…!

Nous, nous avons généreusement + 4% , sur la globalité de notre exercice… et certains y perdront moins que d’autres…

Nous sommes utilisés de toutes parts :
Qui, pour une justification politico-syndicale,
Qui, pour un article de presse un peu ‘’orienté’’,
Qui, pour se rapprocher « virtuellement »,
Qui, pour fustiger notre énergie combative,

MAIS ce qui reste, c’est que nous avons les moyens de révolutionner notre pratique, de positionner notre profession, et c’est maintenant, avec notre détermination et notre travail de recueil que nous pouvons donner ses lettres de noblesse à l’activité libérale de notre spécialité.

Les Recommandations de la SFAR sont déjà les items de l’Accréditation et des Evaluations des Pratiques Professionnelles.

ALORS, donnons nous les moyens de justifier notre détermination et nos ambitions :

NOUS NE FERONS RIEN SANS VOUS,

Et nos confrères hospitaliers et syndicaux ne le feront pas pour VOUS, non plus… !

Ne soyons pas les « Caliméros » des Plateaux Techniques,

Allons de l’avant et vendons l’AAL, son dynamisme et sa détermination, à tous ceux qui ont envie que notre profession ne soit pas une sous spécialité, maintenant et à terme.


La Présidente
Dr QUIRIN Marie-Pascale

19784 visiteurs depuis le 01/01/2006
get firefox! rss xhtml css